Chaire Jeunes et religions


Extrait de l’allocution du titulaire de la Chaire Jeunes et religion lors de son lancement

 

Avec les mutations bien connues des années 1960 et 1970, on aurait pu croire à la lente disparition des questions religieuses chez les jeunes. Or, le tournant du millénaire a plutôt appelé un changement de perspective et d’approche. Si les jeunes ne sont pas nécessairement là où ils étaient attendus, ils ne sont pas absents pour autant. On les retrouve ailleurs : rassemblés en petites communautés, engagés dans des organismes, réunis par millier lors de grands événements, partageant leurs expériences sur les réseaux sociaux et interrogeant les traditions – quelle que soit la religion – sur les forums virtuels. Une réalité méconnue qui échappe à la cartographie des sondages et qui est trop souvent voilée par des phénomènes marginaux qui font tout de même la une des journaux. Une2015-04-02-02-34-45-Chaire Jeunes et religions vitalité étonnante qui ne trouve pas d’explication dans les théories classiques de la sécularisation et du déclin des religions en Occident. Comment les jeunes s’approprient-ils leur tradition? Comment et pourquoi s’y investissent-ils ou pas? Comment souhaitent-ils être accompagnés? S’inscrivent-ils dans la continuité des engagements sociaux et religieux des générations précédentes? Quels sont leurs projets?

D’un autre côté, il nous faut également analyser et chercher à comprendre le rapport des jeunes aux religions et au religieux puisque les jeunes sont héritiers de nouveaux rapports à l’espace et au temps, à la vie et à la mort, à l’échec et à la réussite, au privé et au public, à soi et à la société. Engagé dans leur tradition religieuse ou affirmant être « sans religion », aucun jeune ne peut se soustraire à l’exigence de construire le sens de son existence et de son parcours. Cette quête apparaît d’autant plus hardie qu’elle se présente comme un choix individuel et libre alors que liberté de choix n’est en rien assurée. Pour ce faire, les jeunes doivent puiser dans la culture ambiante les référents et les normes qui proposent un idéal de vie bonne. Quel est cet idéal? Quels en sont les référents et les normes? Quelle configuration prennent ces itinéraires de sens? Quelle cohérence trouvent-ils dans ce que nous percevons souvent, de l’extérieur, comme paradoxal? Quelles visions du monde et de la destinée humaine sont portées par les différentes cultures jeunes et par la culture de masse? Quel imaginaire collectif fourni l’unité nécessaire à ce que le tout fasse sens? Ces rapports des jeunes au religieux, que révèlent-ils de la société et de la culture?

Être un espace de réflexion, d’exploration et de formation sur ces questions, tel est bien le projet de la Chaire de leadership en enseignement Jeunes et religion. En développant des partenariats entre le milieu universitaire et les différents milieux d’intervention, elle entend ainsi contribuer à penser le religieux dans une société qui, dans sa poursuite du bien commun et dans sa recherche d’un modèle pour le vivre-ensemble, ne peut faire l’économie d’une réflexion éclairée sur le « religieux-vécu » des jeunes générations.

Jean-Philippe Perreault
Titulaire de la Chaire Jeunes et religions
2 avril 2015

Programme de la Chaire