Entre Compostelle et Ste-Anne-de-Beaupré | Séminaire JR


Depuis le milieu des années 1990, plusieurs dizaines de milliers de Québécois ont fait Compostelle. Au retour, certains ont démarré des chemins permettant de vivre au Québec l’expérience de la marche pèlerine de longue durée. Le pèlerinage est en pleine expansion. Comment comprendre et interpréter ce phénomène?

Les motivations des pèlerins  sont diverses et loin d’être exclusivement religieuses. En 2017, on comptait 20 de ces chemins québécois. Ils se rattachent, de manière variable, à la longue tradition québécoise de pèlerinages dans nos propres hauts lieux, telle la basilique de Sainte-Anne-de-Beaupré, près de Québec. La marche pèlerine, différente de la marche de longue randonnée classique, est d’une étonnante vitalité multidimensionnelle: spirituelle, religieuse, touristique, économique, etc.

Michel O’Neill a récemment publié Entre Saint-Jacques et Compostelle et Sainte-Anne-de-Beaupré. La marche pèlerine québécoise depuis les années 1990 (2017, PUL). Sociologue et professeur émérite de l’Université Laval, il nous présentera ses travaux et proposera quelques pistes d’interprétation. Éric Laliberté, doctorant à la FTSR et dont la recherche porte précisément sur le pèlerinage, réagira et lancera la période d’échanges.

Le séminaire se tiendra le 19 avril, de 12h30 à 14h, au local 813 du pavillon Félix-Antoine-Savard.

 

Bienvenue à tous!

 

[Affiche]

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *