Vers la sortie du catholicisme culturel au Québec: mobilité, métamorphose et mobilisation


Titre:

Vers la sortie du catholicisme culturel au Québec: mobilité, métamorphose et mobilisation. Analyse quantitative, qualitative et comparative des vecteurs de transformation du catholicisme culturel au Québec (2016-2020)

 

Chercheurs responsables

Présentation du projet

Les importantes transformations des années 1960-70 du rapport des Québécois à la religion et au catholicisme sont bien connues et ont marqué aussi bien la conscience collective que la production scientifique. Cependant, trop peu d’efforts ont été consentis depuis pour saisir en profondeur et dans la durée la nature et les effets de ces mutations. Alors que les questions religieuses font la manchette et suscitent d’importants débats de société, les données manquent pour décrire et expliquer les déplacements, les métamorphoses et les recompositions du religieux chez les Québécois. Si l’on décrit la situation présente comme étant marqué par le pluralisme, il demeure encore difficile d’expliquer le maintien de l’appartenance catholique chez une forte majorité de Québécois, malgré de faibles taux de pratique dominicale et une baisse significative du nombre de mariages. Si la Révolution tranquille marque l’entrée dans un catholicisme culturel, qu’en est-il cinquante ans plus tard? Assistons-nous à la fin d’un certain régime de religiosité? Si tel est le cas, quelle forme un nouveau régime prendra-il ? Quelles en sont les caractéristiques, dynamiques et tensions émergentes ? Comment les réalités de ce régime influencent-elles le débat public ? Comment se comparent-elles avec l’évolution récente du religieux en d’autres sociétés? En raison de son poids culturel et historique, le développement d’une meilleure compréhension du rapport des Québécois au catholicisme apparaît crucial non seulement pour expliquer la singularité des débats de société sur la religion au Québec, mais également pour saisir les nouvelles mobilisations religieuses et les phénomènes considérés comme marginaux ou minoritaires.

En effet, comment comprendre et expliquer ce qui est « à la marge » (nouveaux mouvements, intégrismes, nouvelles convictions, conversions religieuses, etc.) en étant si peu informé de ce qui est « au centre », c’est-à-dire l’appartenance ambivalente au catholicisme de la majorité et la montée de la non-appartenance religieuse chez les plus jeunes. Ainsi, le but de ce projet est de mieux identifier les logiques de transformation à l’oeuvre, en analysant aussi bien la métamorphose de la structure de religiosité des Québécois (de l’appartenance à la non-appartenance) que les mobilisations nouvelles de certains discours catholiques au sein des représentations politiques et culturelles. Pour ce faire, il est nécessaire de mener de front trois chantiers interreliés :

1) Cueillir des données et analyser des banques de données du Québec afin de savoir si la baisse des indicateurs de religiosité institutionnelle, notamment les pratiques des rituels de passage catholique, se poursuit dans la province, et en expliciter les modalités.

2) Mener une enquête qualitative portant sur le rapport général des Québécois à la religion en les interrogeant sur la signification de l’appartenance ou de la non-appartenance religieuse, sur leurs croyances ainsi que sur leurs pratiques par l’entremise d’entretiens approfondis sous forme de récits.

3) Colliger une série de données quantitatives canadiennes et internationales afin d’évaluer si les transformations religieuses qui sont en marche au Québec se distinguent, ou si, au contraire, elles caractérisent également d’autres à tradition chrétienne (catholique, protestante ou mixte). La production scientifique de ces trois chantiers et sa diffusion contribueront à la consolidation, le développement et l’animation d’un fort réseau de chercheurs d’ici et d’ailleurs sur le catholicisme contemporain et les rapports au religieux dans les sociétés occidentales.

Méthodologie

Le projet comporte trois volets de recherche exhaustifs et complémentaires arrimés à des méthodologies et des tâches qui s’accordent aux spécialités respectives de ses trois chercheurs.

I- Cueillir et analyser des banques de données statistiques du Québec afin de savoir si la baisse des indicateurs de religiosité institutionnelle, notamment les pratiques des rites de passage catholiques, se poursuit dans la province, et d’en expliciter les modalités.

II-Mener une enquête qualitative portant sur le rapport général des Québécois à la religion en les interrogeant sur la signification de l’appartenance ou de la non-appartenance religieuse, sur leur perception de l’Église catholique, sur leurs croyances et pratiques, sur l’importance de la religion dans leur vie, et sur divers aspects complémentaires, tels les motivations des parents à faire baptiser ou non leurs enfants. Cette tâche est cruciale, car les données qualitatives permettant de comprendre ce rapport dominant dans le contexte de mutations et de transformations actuelles demeurent parcellaires. A cette fin, nous proposons de mener des entrevues semi-dirigées sous forme de « récits de vie » qui serviront à mieux comprendre la genèse du discours religieux actuel et de ses représentations dominantes.

III- Colliger une série de données quantitatives internationales afin de mieux cerner la spécificité du contexte religieux au Québec et au Canada, comparativement à d’autres pays de tradition chrétienne.

Échéancier

2016- 2017 :

1- Planification de la recherche et établissement des devis pour le bureau éthique.
2- Actualisation et analyses préliminaires des statistiques nationaux.
3- « Récits de vie » Phase I (Montréal, Québec, Gatineau).
4- Récolte et analyses préliminaires des données quantitatives internationales.
5- Fortification des réseaux internationaux.
6 – Lancement du site web, planification et réalisation des activités scientifiques de diffusion.

2017- 2018 :

1- Poursuite des analyses quantitatives.
2- Seconde phase d’entrevues « récits de vie » dans les trois milieux (Montréal, Québec, Gatineau).
3- Rédaction et publication d’articles scientifiques (données quantitatives).
4- Planification et réalisation des activités scientifiques de diffusion (voir mobilisation des connaissances)

2018- 2019 :

1- Poursuite des analyses quantitatives.
2- Codage et analyse des entrevues « récits de vie ».
3- Planification et réalisation des activités scientifiques de diffusion (voir mobilisation des connaissances)

2019- 2020 :

1- Planification et réalisation des activités scientifiques de diffusion.
2 colloques (CSACAN, SSSR-ÉU); 1 livre, 1 collectif, 5 activités autres (site Web, médias sociaux, activités au CIRCEM, recherche/conférence, émissions de télé/radio)

Financement

Le projet reçoit l’appui financier et logistique des instances suivantes:

  • Chaire Jeunes et religions, Université Laval
  • Chaires de la francophonie canadienne, Université
  • Conseil de recherches en sciences humaines du Canada

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *