Religieux contemporain


TEMPS DE LA JEUNESSE La jeunesse hypermoderne : Être responsable du temps. Instantanéité, accélération, urgence : autant de mots employés dans le sens commun qui mérite pourtant qu’on s’y arrête un peu… Car est-il possible de réduire le rapport au temps des jeunes d’aujourd’hui à la maximisation du temps? Ou à l’hyperconnexion, qui révélerait aussi une forme de densification du temps à travers des pratiques numériques? Au cours de notre intervention, nous interrogerons la relation entre formalisation de l’identité, rapport au temps et usages des technologies de l’information et de la communication chez les jeunes. Nous verrons alors que ce n’est guère le règne de la vitesse qui l’emporte dans le domaine de la temporalité, mais bien la responsabilisation croissante d’une génération de jeunes devenus les gestionnaires du rythme de leur vie. Mardi 18 juin 2019 | 8h30-10h30 Jocelyn Lachance Jocelyn Lachance est socio-anthropologue de l’adolescence et est actuellement maître de conférences en sociologie à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour. Il membre du laboratoire « Passages » (CNRS-UMR 5319) et directeur de la revue de socio-anthropologie de l’adolescence (RSAA). Il est notamment l’auteur de l’Adolescence hypermoderne (PUL, 2011) et La famille connectée (Eres, 2019). Ses recherches socio-anthropologiques portent sur l’adolescence contemporaine, et plus singulièrement sur le rapport au temps, aux risques, aux voyages et aux technologies récentes de la communication et de l’image des jeunes générations Découvrez les ouvrages de Jocelyn Lachance publiés aux PUL

[École d’été] La jeunesse hypermoderne | Jocelyn Lachance




Les sciences des religions emploient facilement l’expression « bricolage des croyances » pour parler de la réalité des religiosités contemporaines, mais peu de travaux questionnent réellement cette métaphore et les limites de son utilisation en ce qui concerne les croyances religieuses et spirituelles.

Bricolage: questionner la métaphore… | Séminaire JR


L’étude de la religion chez les jeunes combine deux défis des plus stimulants. D’une part, nous devons faire face à la mouvance des frontières du champ du religieux sous l’effet d’interprétations contrastées de la situation contemporaine: disparition de la religion ou retour? Hypersécularisation ou désécularisation? Exculturation ou reconnexion avec la culture de la consommation ? Dérégulation du religieux ou recomposition? Quant à la jeunesse, la définition de cette période dite de transition pose aussi question: où mène ce passage dès lors que l’attrait de la nouveauté et l’idéal de rajeunissement semblent avoir détrôné l’intérêt pour la maturité et la sagesse? Qu’est-ce qu’être jeune, adulte ou vieux dans une société où l’horizon de la vie se transforme et dans une culture qui cherche à faire disparaitre la mort? S’attaquer à ces défis permet d’explorer la fécondité de ce champ d’étude non seulement pour la compréhension de la «jeunesse-vécue», mais, plus globalement, du religieux et de la société contemporaine. Conférence de Jean-Philippe Perreault, professeur en sciences des religions, dans le cadre des Midis-CIEQ Jeudi 25 janvier 2018, 12h Pavillon De Knonck, local 3244, Université Laval  Entrée libre. Bienvenue à toutes et à tous ! AFFICHE

Quand il n’est plus possible de vieillir… | Midis du CIEQ




Plus d’une trentaine de conférencières et conférenciers du Québec, d’Europe et des États-Unis – dont plusieurs sommités – se réuniront à l’Université du Québec à Montréal les 30 novembre, 1er et 2 décembre prochain dans le cadre d’un important symposium sur l’étude de la religion au Québec. La Chaire Jeunes et religions est heureuse d’être au nombre des partenaires de l’événement. 

Un symposium sur l’étude de la religion au Québec



Depuis le milieu des années 1990, plusieurs dizaines de milliers de Québécois ont fait Compostelle. Au retour, certains ont démarré des chemins permettant de vivre au Québec l’expérience de la marche pèlerine de longue durée. Le pèlerinage est en pleine expansion. Comment comprendre et interpréter ce phénomène?

Entre Compostelle et Ste-Anne-de-Beaupré | Séminaire JR


Les réactions à la tuerie de la mosquée de Québec nous le démontre une fois de plus : lorsque la terreur frappe, les décideurs publics et les observateurs placent l’éducation au centre des dispositifs permettant de contrer la radicalisation, l’intégrisme, l’intolérance et de favoriser le vivre-ensemble. Nous pourrions ainsi croire que l’actualité des dernières années offre à la formation aux phénomènes religieux une pertinence sociale et une utilité qui la protège des remises en question de fond. Or, cette assurance n’y est pas. Table ronde avec Jean-Paul Willaime, Brigitte Caulier et Jean-Philippe Perreault. 

Table ronde: L’éducation au religieux à l’ère de la polarisation et de la radicalisation